Logement : trois Français sur quatre inquiets de l’action du gouvernement

Partagez

immo, logement, construction, sondage

Les Français ne sont que 28% à envisager un projet immobilier dans les 2 ans, selon le baromètre Explorimmo/Ifop de novembre. Principales raisons de cette atonie sur le marché, la crise et l'action du gouvernement « qui n'améliorera pas la situation » pour 74% des sondés.

Malgré son statut de valeur refuge, la pierre peine à trouver preneur. Seulement 28% des ménages envisagent « un projet immobilier d'ici à 2 ans », selon le Baromètre Explorimmo/Ifop sur les intentions d'achat des Français. Un taux en nette baisse, de 5 points, par rapport à septembre 2011. Dans cette population, l'acquisition est une priorité pour 89% des personnes interrogées. Alors que 61% entendent acheter pour changer de résidence principale, seuls 16% envisagent un investissement locatif.

26% des Franciliens veulent acheter en province

L'immobilier ancien reste le bien le plus recherché par les Français (43%) contre 35% pour les logements neufs. Fait notoire, 48% des personnes ayant un projet immobilier souhaitent acquérir une maison, contre 40% en septembre 2011.

Plus prévisible en revanche, « la province séduit 80% des Français contre 18% pour l'Ile-de-France, précise le baromètre. Si cette tendance reste proportionnelle à la répartition géographique de la population française, 26% des Franciliens souhaitent aujourd'hui acheter en province. »

L'environnement fiscal inquiète les Français

Facteur d'incertitudes dans les intentions des sondés, la conjoncture est bien entendu mise en avant par Guillaume Teilhard de Chardin, directeur du site d'annonces immobilières Explorimmo. « Ce 3ème baromètre Explorimmo fait aujourd'hui ressortir l'impact de la crise économique sur le marché de l'immobilier, et ses effets sur le comportement des Français. » Mais plus prégnant encore, le sondage illustre l'inquiétude des Français sur l'évolution de la fiscalité. Ainsi, 74% des personnes interrogées pensent que « le gouvernement n'améliorera pas la situation du marché de l'immobilier et du logement ». Cette angoisse s'explique aisément au vu des prévisions des Français : 92% des Français prédisent une hausse des impôts sur les plus-values immobilières, 85% pour la taxe foncière et 83% pour la taxe d'habitation. Parallèlement, une baisse des aides à l'investissement locatif (79%) et aux travaux d'isolation (74%) est également anticipée.

Face à cette conjoncture dégradée, les locataires demandent en premier lieu (32%) une baisse des prix via une construction plus importante de logements. Les ménages incitent donc le gouvernement à respecter ses engagements en termes de construction, de 500.000 logements par an dont 150.000 logements sociaux. Viennent justement ensuite dans l'ordre de priorité des sondés la construction de logements sociaux (20%) et l'assouplissement des conditions d'accès au logement social.

 

les articles les plus lus

1. Plus-values immobilières : taxation adoucie pour les terrains
2. Immobilier neuf : comment le Duflot devient le Pinel
3. Immobilier : les acheteurs étrangers se font plus discrets
4. Immobilier : les loyers suivent l’inflation en 2014
5. Immobilier : pas de déclic sur le marché parisien
6. Logement : l’Etat garant des étudiants avec la caution CLé

Réseaux Sociaux