Les loyers de marché en hausse de 2,4% (Clameur)

Partagez

loyers, hausse, clameur

Depuis le début de l'année, les loyers de marché, mesurés lors d'une relocation ou nouvelle location, progressent de 2,4% par rapport aux dix premiers mois de 2011, selon les données diffusées par l'institut Clameur. Les hausses sont « très inégales » selon la localisation.

Les loyers continuent d'augmenter en 2012 sur les mêmes bases qu'en 2011. Selon l'institut Clameur (Connaître les loyers et analyser les marchés sur les espaces urbains et ruraux), les loyers de marché*, mesurés lors des relocations et nouvelles locations, progressent de 2,4% depuis le début de l'année, par rapport aux dix premiers mois de l'année 2011.

Vers une hausse proche de celle connue en 2011

Cette progression est supérieure à celle observée l'an passé (+1,6%) mais Michel Mouillart, professeur d'Economie à l'Université Paris Ouest associé à l'institut, note que « les loyers de marché fléchissent habituellement à la fin de l'automne et durant l'hiver, lorsque le marché retrouve plus de calme », ce qui devrait ramener la hausse à un niveau plus proche de celle constatée en 2011. Les « tensions saisonnières » observées durant l'été, avec la rentrée universitaire notamment, explique ce regain à la hausse des loyers, « ces hausses étant presque toujours gommées, en partie, durant la période de dépression saisonnière du marché qui débute avec le mois de novembre ».

Depuis 2006, la hausse annuelle moyenne des loyers de marché se situé à 1,7%, « c'est-à-dire au même rythme que l'inflation ». L'institut évoque un « décrochage spectaculaire » des revalorisations de loyers de marché par rapport à la période 1998-2006, durant laquelle ils ont progressé de 4,1% en moyenne chaque année, pour une inflation de l'ordre de 1,8% par an.

Hausse inférieure à l'inflation dans près de deux tiers des grandes villes

Les chiffres globaux peuvent s'avérer trompeurs, tant les variations sont disparates en fonction de l'endroit considéré. Ainsi, dans 20% des villes de plus de 100.000 habitants (sur un échantillon de 40 villes), les loyers de marché sont en baisse depuis le début de l'année. De même, 42,5% de ces villes ont connu une progression des loyers inférieure à l'inflation, qui se maintient à 1,9% sur un an. A l'inverse, 15 villes de plus de 100.000 habitants voient leurs loyers de marché progresser plus fortement que l'inflation. A l'échelle des villes de plus de 10.000 habitants, 29,3% subissent une baisse des loyers de marché en 2012. 32,1% de ces villes connaissent une hausse inférieure à 2,5%, « comme en 2011 », et la hausse est d'au moins 2,5% dans 38,6% des villes.

De même, les différences sont criantes entre la province et Paris. Si les loyers progressent de 1,6% hors de la région francilienne, soit la même augmentation que celle constatée au niveau national en 2011, la revalorisation des loyers atteint 4,9% en Ile-de-France, soit une hausse trois fois supérieure à celle observée en province. Seules les régions Aquitaine (+3,6%) et PACA (+2,5%) connaissent des hausses supérieures ou égales à la moyenne nationale. Les loyers restent stables dans six régions (Auvergne, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Nord – Pas-de-Calais, Pays de la Loire et Poitou-Charentes) et baissent même légèrement dans quatre régions (Bourgogne, Champagne-Ardenne, Limousin et Picardie).

Les écarts restent donc très marqués : « Entre l'Ile-de-France, région la plus chère à 18,9 euros par mètre carré en moyenne et la Franche Comté et le Limousin, régions les moins chères à 8,7 euros par mètre carré, la différence est de un à deux », souligne Michel Mouillart. Les prix observés dans les autres régions s'échelonnent de 9 euros (Auvergne, Champagne-Ardenne, Lorraine) à 11,5 euros par mètre carré (Nord – Pas-de-Calais et PACA).

* Les loyers de marché sont mesurés lors d'une relocation ou d'une location nouvelle, pour les seuls logements du secteur libre. Leur évolution ne peut donc se comparer à celle de l'IRL (indice de revalorisation des loyers) qui régit les baux en cours.

 

les articles les plus lus

1. Le métrage loi Carrez pas étendu aux maisons individuelles
2. Immobilier neuf : comment le Duflot devient le Pinel
3. Rénovation énergétique : l’obligation de travaux toujours envisagée
4. Vers un abandon de la loi Alur ?
5. Immobilier : en attendant Valls…
6. Les 5 points clés du plan de relance du logement de Valls

Réseaux Sociaux