Immobilier ancien : les agences Laforêt anticipent une baisse de 7% des prix en 2012

Partagez

agence, laforet, immobilier

Elix Rizkllah, président du réseau d'agences immobilières en franchise Laforêt, prévoit une année 2012 en deux temps avec un recul des prix accentué au premier semestre suivi d'une stabilisation voired' une légère hausse en fin d'année. Dans ce contexte, les acheteurs auront la main pour négocier les prix à la baisse.

Pas d'effondrement mais pas d'euphorie non plus, loin de là. Le marché immobilier ancien va être pénalisé par un ensemble de facteurs défavorables en 2012 : suppression du PTZ+ dans l'ancien en 2012, hausse des taux des crédits immobiliers, durcissement des conditions d'octroi de ces prêts, immobilisme habituel en période pré-électorale... Ce constat, déjà dressé par certains professionnels de l'immobilier comme la Fnaim, est partagé par Laforêt, réseau d'agences immobilières en franchise (750 points de vente en France). « D'un marché 2011 encore soutenu par la multiplicité d'incitations fiscales à destination des primo-accédants et investisseurs, le marché va désormais vivre seul de façon autorégulée par l'offre et la demande », souligne son président Elix Rizkllah.

Marché bloqué jusqu'à l'élection présidentielle ?

Pour ce dernier, le creux de la vague devrait être atteint au cours de ce premier semestre 2012 avec une baisse des prix dans l'ancien pouvant atteindre « jusqu'à -10% ». D'après Elix Rizkllah, « la demande globale accusera un net recul lié à l 'attentisme général. L'arrêt des incitations fiscales conjuguées à la frilosité des banques, impacteront à la baisse la demande solvable », observe-t-il. Pour les responsables du réseau d'agences, les stocks de biens à vendre, au plus bas « depuis 2007 », devraient se reconstituer en 2012 grâce aux mises en vente récurrentes pour des motifs liés à la vie quotidienne, telles que les séparations, les successions, les déménagements pour mutation ou les modifications de la famille (naissance d'un nouvel enfant, familles recomposées). Parallèlement, les délais moyens de vente, qui se sont raccourcis en 2011 (-8 jours à 94 jours) devraient s'allonger pour atteindre à nouveau la barre des 100 jours.

laforet, elix, rizkllah

Laforêt espère une reprise des transactions au second semestre « soutenue par une offre plus diversifiée, qualitativement et quantitativement, ainsi que par des prix de mise en vente affichés à des niveaux plus abordables, équivalents à ceux de 2007 ». Elix Rizkllah évoque une « stabilisation voire une hausse des prix de 1 à 3% » au second semestre, devant conduire à une baisse des prix cumulée d'environ 7% sur l'année avec des transactions en diminution de 10%. Dans ces conditions, le dirigeant du réseau d'agences estime que les acheteurs reprendront la main. « Le premier semestre 2012 sera un marché résolument d'acquéreurs. Ils devraient conserver les clés du marché immobilier au cours du deuxième semestre sauf si des dispositifs incitatifs venaient soutenir l'acquisition immobilière. Reconstituée, l'offre sera plus en mesure de satisfaire les besoins des acquéreurs, qui auront le pouvoir d'acheter au juste prix », estime Elix Rizkllah.

En 2011, le réseau Laforêt a constaté, sur 28.200 trasactions effectuées en 2011, un prix moyen au mètre carré (m²) en hausse de 7% par rapport à 2010 pour atteindre 3004 euros par m², dont +11% à Paris intra-muros (à 8360 euros/m²), +6% dans les  sept autres départements de région parisienne et de 4% en moyenne en province.

 

Réseaux Sociaux